La société civile au G7 : les objectifs clairs sont essentiels

Comment la société civile peut-elle développer la relation la plus efficace et fructueuse possible avec les processus du G7, aussi bien maintenant que dans les années à venir? Voilà la question qui a guidé le Sommet du C7 2018 organisé à Ottawa les 27 et 28 mai 2018 par le Conseil canadien pour la coopération internationale(CCCI), le Réseau Action Climat Canada (CAN) et le G7 Global Taskforce.

C7 meeting speakers.

Au cours des deux journées du Sommet, des membres d’organisations de la société civile du Canada et d’autres pays du G7 ont donné naissance à une vision commune du type de monde qu’ils souhaitent bâtir et des conditions favorables nécessaires pour y arriver. Les participants ont convenu des thèmes de la justice, de l’équité, de la durabilité et de l’interrelation comme étant essentiels à l’établissement de conditions favorables pour bâtir une relation synergique et positive avec le G7.

Pour préparer la voie aux discussions, les participants ont été informés des autres rencontres « 7 » au Canada, incluant le S7 (science), le Y7 (jeunesse), le T7 (groupe de réflexion) et le W7 (femmes). Bien que les porte-paroles de ces groupes aient abordé des priorités différentes (telles que l’égalité des sexes, le changement climatique, la justice pour les travailleurs et la paix et la sécurité), ils ont apporté des messages semblables quant au besoin d’objectifs clairs, d’intersectionnalité et de continuité tout au long du processus d’engagement avec le G7.

Peter Boehm, sous-ministre pour le Sommet du G7 et représentant personnel du premier ministre, a mis en évidence l’importance du G7 en notant que, lorsqu’il est bien fait, il peut être un moment pour rassembler les leaders afin d’avoir une conversation franche sur la manière de faire de véritables progrès vers la résolution des « grands enjeux » du monde d’aujourd’hui. Il a également souligné le besoin d’objectifs clairs et de collaboration de la part de la société civile pour soutenir les pays du G7 afin qu’ils progressent dans ces domaines.

Justin Trudeau speaking

Les secrétaires parlementaires des ministères du Développement international, de la Condition féminine et des Finances ont exhorté les participants à être audacieux, pragmatiques et provocateurs lorsqu’ils luttent contre les normes structurelles qui perpétuent l’inégalité dans le monde. Le premier ministre Justin Trudeau a repris ces messages, encourageant la société civile à poursuivre ce qu’elle fait de mieux et à aider le G7 à briser les obstacles qu’affrontent les personnes les plus marginalisées dans le monde.

Pour le CanSFE, une organisation axée sur la santé et le bien-être des femmes et des filles du monde entier, ces messages sonnaient juste et renforçaient une importante leçon. Le Sommet a démontré que pour les organisations de la société civile qui travaillent pour la santé des femmes et des filles en développement international, il est essentiel d’intégrer des messages plus généraux à leur sensibilisation pour démontrer les liens avec d’autres enjeux importants. Par exemple, Celina Cesar-Chavannes, secrétaire parlementaire de la ministre du Développement international, a parlé d’inscrire la santé et les droits reproductifs dans le dossier plus général de l’éducation. Reconnaître l’intersectionnalité des domaines des enjeux est une manière infaillible de faire le pont entre les enjeux nationaux et internationaux pour les leaders du G7.

La santé étant fondamentale à la réalisation de tout autre résultat tout au long du cycle de vie, incluant l’éducation et l’autonomisation économique, notre capacité à nous assurer qu’elle demeure un objectif lors du G7 dans les prochaines années devra rapidement s’adapter au paysage géopolitique changeant. En nous tournant vers l’année à venir et au-delà, maintenir le cap et entretenir un esprit de collaboration sera essentiel à notre travail pour améliorer la vie des personnes les plus marginalisées au monde.

Pour en savoir davantage sur les résultats du Sommet du C7, n’hésitez pas à consulter le document final préparé après l’événement du C7.