Avec une bonne nutrition, l’avenir lui appartient: Leçons d’une campagne qui rejoint le cœur et l’imaginaire

 Blogue sur l’égalité des genres du CanSFE

La malnutrition affecte deux milliards de personnes à travers le monde. Cependant, le fait que les filles en souffrent davantage que les garçons est moins bien connu.

Dans plusieurs cultures, les filles mangent moins et en dernier. Elles courent plus de risques d’être anémiques, comparativement aux garçons, ce qui a un impact sur leurs résultats scolaires et, dans l’ensemble, sur leur vie future.

A l’heure où le monde observe une recrudescence de l’intérêt porté aux droits et au bien-être des femmes et des filles, il nous apparaissait vital et urgent chez Nutrition International de trouver une façon de rappeler à la communauté internationale de l’aide au développement  que la promotion de l’égalité des sexes et la création de meilleures conditions vers l’autonomisation des filles et la réalisation de leurs rêves passent aussi par une bonne nutrition – et cela tout en reconnaissant l’existence d’autres barrières sociales qui entravent le progrès des filles.

Nos équipes de communications et de plaidoyer se sont mises à la tâche faisant appel à leur créativité pour développer et partager de nouveaux messages plus percutants à travers une nouvelle campagne internationale, qui depuis, nous a beaucoup appris.

Une campagne destinée à vaincre la malnutrition et les stéréotypes auxquels les filles font face

Nous avons lancé la campagne Avec une bonne nutrition, l’avenir lui appartient lors de la Journée internationale de la fille l’an dernier pour mettre en exergue le rapport de renforcement réciproque entre la nutrition et l’égalité des sexes. Nous voulions clairement démontrer à quel point la nutrition des filles revêt une importance vitale dans la réalisation de leurs rêves.

Nous avons conçu une campagne dotée d’images positives et convaincantes pour captiver le public et l’aider à imaginer à quoi l’avenir des filles peut ressembler lorsqu’elles sont bien nourries.

La campagne s’exprime autour de quelques messages clefs, dont sur le fait qu’une fille en santé peut prendre le contrôle de sa propre vie et en inspirer d’autres. Qu’avec bonne nutrition, ses rêves peuvent devenir réalité. Qu’avec une bonne nutrition, l’avenir lui appartient.

Or, on ne pouvait s’arrêter là dans nos messages,  constatant qu’il y avait une autre barrière sous-jacente faisant entrave au progrès des filles: les stéréotypes. Nous savions que des gens à travers le monde seraient exposés à cette campagne, y compris dans des endroits où les normes et croyances culturelles restreignent le rêve des filles. Nous devions parler d’elles autrement.

Les experts des questions d’égalité des sexes s’entendent sur le fait que plus vous présentez les femmes et les filles dans des rôles non traditionnels, plus l’acceptation sociale s’accroît et fait naître un sentiment de normalité. Dans cet esprit, nous avons délibérément placé les filles dans des rôles qu’on pourrait considérer inhabituels dans certaines collectivités. Parmi les protagonistes de notre campagne on trouve des médecins, mécaniciennes, ingénieures, travailleuses de la construction, chefs d’orchestre, athlètes, pilotes, chefs, juges, journalistes et plus encore.

Les filles, source d’inspiration de la campagne

Or ces rôles, nous ne les avons pas inventés.  Ce sont des filles rencontrées en Afrique et en Asie qui les ont imaginés et inspirés. « Je veux devenir présidente de mon pays », nous avait dit audacieusement Marion du Kenya du haut de ses 15 ans. « Je veux devenir pilote », avait déclaré Samrawit en Éthiopie. « Je veux devenir juge », révélait Aorpa lors d’une rencontre au Bangladesh.

Tant dans les petits villages que dans les grandes villes, nous avons rencontré des filles audacieuses et courageuses, ouvertes à toutes les possibilités et présentant une imagination sans bornes – des filles voulant être libres de choisir et devenir ce qu’elles veulent. Finalement, ce bien sont ces filles qui ont inspiré et influencé la campagne.

Aujourd’hui, nos collègues des bureaux régionaux se réjouissent de cette conversation reformulée, conversation qui présente les filles sous un autre jour. Leurs rêves ne se limitent pas à la démarcation rigide entre les rôles attribués à chaque sexe; ils se nourrissent de leur imagination sans limite et sans stéréotypes. La campagne est à leur image.

Place à l’autonomisation des filles

Depuis son lancement en 2017, la campagne s’est répandue rapidement sur le Web et à travers le monde.

Nos auditoires ont partagé avec nous leurs réactions souvent marquées par l’espoir et l’optimisme, des émotions rapportées à la vue de ces jeunes filles souriantes et ouvertes sur l’avenir. Ils ont aimé l’aspect positif de la campagne et le fait que les filles soient présentées dans des rôles qui repousse les limites de l’imaginaire.

À notre grand plaisir, le concept a trouvé écho chez les influenceurs et les décideurs du monde entier, ceux-ci ayant appuyé la campagne.

Par exemple, plus tôt cette année, Sophie Grégoire Trudeau, épouse du premier ministre du Canada et  porte-parole pour la cause des femmes et des filles, et l’honorable Harjit Sajjan, ministre canadien de la Défense, ont participé au lancement de la campagne en Inde.

Dans un petit espace intime, ils ont rencontré 12 adolescentes venues du Gujarat pour partager leurs espoirs et leurs ambitions, et pour discuter des obstacles auxquels elles dont face. Pour la première fois dans leur vie, ces filles ont pu profiter d’une  campagne qui leur a donné une toute nouvelle tribune pour s’exprimer auprès des dirigeants et pour plaider solidement leur propre cause.

Créée d’abord pour amorcer une conversation internationale au sujet de la nutrition des filles, la campagne s’est rapidement transformée en une phénoménale  plateforme de mobilisation. Loin de nous l’idée d’avoir pu prédire un tel engouement. La campagne nous a donné une opportunité inespérée d’entamer la conversation avec ces adolescentes tout en leur offrant la chance de s’exprimer sur leur nutrition, sur leurs rêves d’avenir, et ce à pleine puissance.

Les enseignements tirés

On pourrait certes écrire un livre sur tous les enseignements tirés de L’avenir lui appartient. Nous nous limiterons cependant à quelques leçons retenues en guise de conclusion. Nous osons espérer qu’elles sauront inspirer votre engagement à la défense des droits et du bien-être des filles.

  1. Le monde est fin prêt et veut accorder plus de temps et d’efforts pour faire tomber les obstacles qui entravent le succès des filles. Et donc pas que le Canada, ni les féministes, ni les femmes et les filles. Une communauté bien plus large existe pour soutenir cette cause.
  2. Les filles doivent prendre part au dialogue – elles doivent être entendues et impliquées dans les efforts qui amélioreront leur nutrition. « Rien pour elles, sans elles » sert dorénavant de cri de ralliement de la communauté mondiale de l’aide au développement et devrait honnêtement devenir pratique courante.
  3. Les hommes et les garçons doivent aussi être au rendez-vous et défendre la nutrition des filles.
  4. La nutrition ne se trouve pas toujours au premier plan des préoccupations. Cependant, avec un récit inspirant qui s’appuie sur des faits, des preuves et des renseignements faciles à interpréter, les gens peuvent en saisir l’importance et se motiver à l’action.
  5. Il est pratiquement impossible de défendre la nutrition des filles sans tenir compte des autres obstacles qui les empêchent de réaliser leur plein potentiel. Défier en même temps les stéréotypes relatifs aux rôles s’est avéré d’une grande complémentarité à notre message. Les filles exposées à la campagne se sont reconnues et attestent qu’elle les a aidées à être vues et entendues.
  6. Les campagnes se construisent autour d’objectifs clairs, mais il faut savoir improviser car elles peuvent nous mener dans des lieux insoupçonnés. Il faut être à l’écoute, apprendre, s’adapter et les laisser vous guider.

Nous vivons cette campagne comme une grande aventure. L’avenir lui appartient nous a menés sur des sentiers surprenants, rempli de surprises, riche en moments heureux et percutants qui ont laissé leur marque sur tous ceux qui s’y sont associés.

C’est maintenant à votre tour. Aidez-nous à faire passer le message : avec une bonne nutrition, les filles peuvent réaliser leurs rêves.

#SonAvenir

Par : Katia Thériault, gestionnaire principale des communications globales, Nutrition International

Nutrition International est un organisme international se consacrant à offrir des interventions en nutrition éprouvées à ceux en ayant le plus besoin. Travaillant en partenariat avec les pays, les donateurs et les responsables de la mise en œuvre, nos spécialistes mènent des recherches de pointe en nutrition, contribuent à la formulation de politiques essentielles et intègrent la nutrition à des programmes de développement plus vastes. Dans plus de 60 pays, principalement en Asie et en Afrique, Nutrition International nourrit les gens pour nourrir la vie.


Ce billet s’inscrit dans le blogue L’importance de l’égalité des genres qui aborde des enjeux et défis pressants et des histoires de réussite, tout en examinant des questions de santé mondiale à travers le prisme de l’égalité des genres. Cliquez ici pour vous abonner au blogue L’importance de l’égalité des genres.