Discours du Trône : une vision encourageante pour le leadership canadien dans le monde

Dans le discours du Trône prononcé aujourd’hui à Ottawa par la gouverneure générale Julie Payette, le gouvernement du Canada évoque une vision qui confirme la longue et fière tradition de leadership du Canada pour un monde équitable et en santé dans le cadre de sa réponse à la COVID-19.

En énonçant les grandes lignes de son programme pour la deuxième session de la 43e législature dans le discours d’aujourd’hui, le gouvernement a indiqué qu'il « Le gouvernement investira davantage dans le développement international et aidera les pays en développement à mener à bien leur reprise économique et à accroître leur résilience. Le Canada soutiendra également les efforts visant à garantir l’accès des populations du monde entier à un vaccin. Nous ne pourrons pas éliminer cette pandémie au Canada si nous ne parvenons pas à l’enrayer partout dans le monde. »

Il a également affirmé : « La COVID-19 a accéléré les tendances actuelles vers un ordre mondial plus fragmenté. Il demeure dans l’intérêt du Canada de forger et de maintenir des relations bilatérales et multilatérales pour faire progresser la paix et la prospérité économique. »

Le gouvernement répond ainsi à l’appel du Partenariat canadien pour la santé des femmes et des enfants (CanSFE) qui l’exhortait à investir dans la lutte contre la pandémie de COVID-19 au sein des populations les plus désavantagées du monde. Les gains que nous réalisons contre la COVID-19 ici au Canada ne sont assurés que si nous déployons partout ailleurs les efforts nécessaires pour combattre cette pandémie qui perturbe les systèmes de santé, freine l’accès aux soins essentiels et favorise la propagation d’autres virus et maladies, en particulier au sein des populations vulnérables.

En outre, la COVID-19 risque de porter atteinte aux progrès réalisés au cours de la dernière décennie par des organisations canadiennes qui travaillent sans relâche pour l’avancement de la santé et des droits des personnes les plus vulnérables dans le monde, surtout les femmes et les filles. Depuis 2010, les investissements des gouvernements successifs au Canada, dans le cadre de l’Initiative de Muskoka sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants et des programmes en santé et droits sexuels et reproductifs, ont eu une incidence directe sur plus de 156 millions de personnes, et ont permis de bâtir ou de rénover plus de 4 000 installations de santé et de former quelque 100 000 travailleurs de la santé.

D’ici à ce que tous les détails du programme et des investissements du gouvernement soient divulgués, le CanSFE continuera à travailler étroitement avec le gouvernement du Canada et tous les parlementaires afin de maintenir et de renforcer le leadership du Canada pour l’amélioration de la santé et des droits des femmes et des filles partout dans le monde.