#EndCovidEverywhere : le CanSFE exhorte le Canada à investir pour enrayer la COVID-19 au sein des populations vulnérables partout dans le monde

Le Partenariat canadien pour la santé des femmes et des enfants (CanSFE) affirme qu’en investissant dans la lutte contre la pandémie de COVID-19 au sein des populations les plus désavantagées du monde, le gouvernement du Canada assurera le maintien de sa longue et fière tradition de leadership pour un monde équitable et en santé, tout en garantissant une réponse fructueuse à la COVID-19 au pays.

Dans notre monde interrelié, les gains que nous réalisons contre la COVID-19 ici au Canada ne sont assurés que si nous déployons partout ailleurs les efforts nécessaires pour combattre cette pandémie qui perturbe les systèmes de santé, freine l’accès aux soins essentiels et favorise la propagation d’autres virus et maladies, en particulier au sein des populations vulnérables.

Afin de circonscrire ces graves répercussions de la pandémie, le CanSFE exhorte le Canada à contribuer à la lutte contre la COVID-19 partout dans le monde en s’engageant à affecter au moins 1 % des fonds consacrés à la réponse à la COVID – soit 2 milliards de dollars en fonds nouveaux et additionnels – aux efforts mondiaux pour contenir la propagation du virus et ses contrecoups dans les pays les plus pauvres.

Le Canada doit de toute urgence fournir ce soutien pour enrayer les effets catastrophiques de la COVID-19 sur les services de santé. Le personnel de la santé est débordé et, dans de nombreuses régions, incapable de faire son travail en raison des restrictions aux déplacements, du redéploiement des tâches en réponse à la COVID-19, et du nombre de ses membres infectés par le virus. Au Ghana, le nombre de travailleuses et travailleurs de la santé infectés dans l’exercice de leurs fonctions est passé de 779 au début de juillet à plus de 2 000 à la fin du même mois. Cette flambée s’expliquerait par le manque d’équipement de protection individuelle adéquat, la lenteur du dépistage et une capacité d’accueil insuffisante dans les hôpitaux.

L’accès réduit à des services en santé et droits sexuels et reproductifs entraînerait la mort de 253 500 enfants et 12 200 femmes de plus au cours des six prochains mois, et ce, selon les scénarios les plus optimistes.

De plus, quelque 117 millions d’enfants risquent de ne pas être vaccinés en raison de la COVID-19. Les trois quarts des 82 pays qui ont participé à une enquête menée récemment ont signalé des perturbations liées à la COVID-19 dans leurs programmes de vaccination en mai 2020. Les gens ne sont pas en mesure d’y accéder en raison de leur réticence à quitter la maison, des interruptions dans les transports, des difficultés économiques, des restrictions aux déplacements, ou de leur peur d’être exposés à des personnes atteintes de la COVID-19.

Des pays dotés de systèmes et de ressources de santé robustes pour lutter contre le virus, comme le Canada, ont de la difficulté à maintenir leur stabilité économique et un niveau de vie décent pour leur population. Or, pour de nombreux pays en développement, et certainement pour les populations vulnérables qu’ils comptent, la stabilité économique et un niveau de vie décent sont de plus en plus hors de portée.

Le gouvernement du Canada a fait preuve d’un solide leadership pour l’amélioration de la santé de notre population, tout en mettant l’accent sur la santé et les droits des femmes et des filles partout dans le monde. Il est maintenant temps que le Canada investisse de sorte que ces gains durement acquis ne s’érodent pas.