La mise en place d’un système humanitaire plus soucieux de l’égalité des genres

Le 13 avril 2019 – Washington (États-Unis) – Affaires mondiales Canada

La ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, l’honorable Maryam Monsef, a publié aujourd’hui la déclaration suivante à la suite d’une discussion tenue lors des réunions du printemps du Fonds monétaire international et du Groupe de la Banque mondiale :

« Le système humanitaire international ne répond toujours pas aux besoins de tous. Des progrès ont été accomplis, mais il reste encore beaucoup à faire pour tenir systématiquement compte des besoins et des compétences des femmes et des filles.

« L’adoption d’une approche sexospécifique en matière d’aide humanitaire, dans laquelle les femmes et les filles participent de façon importante, ne garantit pas seulement une meilleure réponse aux besoins des femmes et des filles, mais elle renforce également l’ensemble de notre action humanitaire.

« Le Canada s’est fait le champion d’une action humanitaire qui tient compte des genres, comme en témoigne la Déclaration de Whistler sur l’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles dans l’action humanitaire, adoptée l’an dernier au Sommet du G7.

« Aujourd’hui, le Canada a fait un pas de plus en vue de respecter les engagements qu’il a pris dans le cadre de sa Politique d’aide internationale féministe, en lançant un nouveau document d’orientation pour l’aide humanitaire, intitulé Une approche féministe : L’égalité des genres dans l’action humanitaire.

« Grâce à ce document d’orientation, le Canada prendra des mesures pour accroître la prise en compte des sexospécificités dans son action humanitaire, comme la promotion des principes humanitaires et le respect du droit international humanitaire. Il appuiera aussi les stratégies de prévention, d’atténuation et d’intervention en matière de violence sexuelle et fondée sur le genre, et appuiera la prestation de toute la gamme des services de santé sexuelle et reproductive pendant les interventions humanitaires.

« Nous savons que les femmes et les filles sont touchées de manière disproportionnée par les crises, et qu’elles sont souvent les premières cibles des conflits. Nous savons aussi que les femmes et les filles sont de puissants agents de changement, mais que leurs voix et leurs intérêts sont trop souvent ignorés. Le Canada appuiera le renforcement du pouvoir des femmes et des filles. Il veillera à ce qu’elles soient entendues et à ce que leur leadership soit pris en compte à chaque étape du processus. »

Une approche féministe : L’égalité des genres dans l’action humanitaire