Le Canada contribue à la mobilisation pour accélérer les progrès en vue de la plus importante conférence au monde sur l’égalité des genres

Publié le 25 janvier 2019, sur Women of Influence 

Le choix du Canada à titre d’hôte de la cinquième conférence de Women Deliver triennale en juin 2019 est à la fois un honneur et une chance inestimable. Cette conférence consacrée à l’égalité entre les sexes, et à la santé, aux droits et au bien-être des filles et des femmes la plus importante au monde non seulement attirera plus de 6 000 participantes et participants, mais elle offre aussi l’occasion de mobiliser les Canadiennes et les Canadiens en tant que figures de proue de ce mouvement mondial.

 

Par Hailey Eisen

 

Tous les trois ans,la conférence de Women Deliver crée une tribune mondiale d’échanges sur l’égalité entre les sexes, et la santé, les droits et le bien-être des filles et des femmes. En juin 2019, cette tribune prendra place pour la première fois au Canada. C’est l’occasion de profiter de l’attention et de l’élan que suscite la conférence pour mobiliser les Canadiennes et Canadiens en vue d’accélérer les progrès ici et ailleurs dans le monde.

 

« Dès que le premier ministre Trudeau a annoncé la nouvelle, des organisations de toutes les régions du pays ont perçu l’importance de saisir cette occasion pour accélérer les progrès en matière d’égalité entre les sexes au Canada », explique Julie Savard-Shaw, directrice des partenariats stratégiques pour la Mobilisation canadienne Women Deliver 2019 — un mouvement mis sur pied afin de veiller à ce que la conférence de Women Deliver 2019 qui aura lieu au Canada produise des résultats concrets et durables.

 

La campagne de la Mobilisation canadienne vise à favoriser l’engagement tangible des Canadiennes et Canadiens de tous horizons, outre les groupes qui se consacrent déjà aux enjeux des femmes et des filles — entreprises, banques, organismes à but non lucratif, organismes de bienfaisance, municipalités, établissements d’enseignement et autres. Julie Savard-Shaw est à la tête de ce mouvement depuis février 2018. Ayant antérieurement travaillé dans le secteur du développement international et, plus récemment, comme conseillère en matière de politiques internationales, d’égalité et d’immigration au Cabinet du premier ministre, elle possède toute l’expérience nécessaire pour assumer ces fonctions.

 

En tant que jeune femme, elle s’est à de nombreuses reprises heurtée à des situations que cherche à mettre en lumière la Mobilisation concernant la condition des femmes. « Je ne compte plus les fois où, dans ma carrière, j’ai dû lutter pour me faire entendre et être prise au sérieux dans des réunions, et où j’ai été étiquetée comme émotive », affirme Julie.

 

Pour mieux favoriser la production de résultats concrets, la Mobilisation centre ses efforts sur trois principaux « axes d’intervention » où des avancées s’imposent de toute urgence : systèmes et services de santé sensibles au genre, violence fondée sur le genre, et autonomisation économique des femmes et égalité des chances. 

 

Bien au fait du travail à accomplir, Julie s’est mise en quête de financement et de membres pour la Mobilisation. « Notre mandat est de convaincre les organisations et individus à se joindre à la Mobilisation et à prendre au moins une mesure pour accélérer les progrès en matière d’égalité des genres tout au long des mois précédant la conférence. »

 

Le site Web de la Mobilisation contient un éventail de ressources, dont une trousse à outils faisant état de diverses pistes d’action. « Les efforts de mobilisation peuvent prendre la forme d’un simple séminaire à l’heure du dîner avec une spécialiste de la prévention du harcèlement sexuel en milieu de travail, d’interventions sur les médias sociaux stimulant la discussion sur l’égalité des genres, ou d’un panel d’envergure réunissant d’importants influenceurs, précise Julie. Nous sommes tous et toutes concernés et nous devons agir, quelle que soit l’ampleur de nos efforts. »

 

Comptant déjà 200 membres en date de janvier 2019, la Mobilisation est en bonne voie d’atteindre son objectif de 300 membres. Afin d’accélérer les progrès en matière d’égalité des genres, la Mobilisation favorise le dialogue et la collaboration intersectoriels, comme en témoigne la diversité de ses membres. « La communauté internationale s’attend à ce que le Canada fasse preuve de leadership, et c’est ici que ce leadership prend racine », dit Julie. 

 

« Bien que le gouvernement canadien ait déployé des efforts importants en ce sens, notamment la première Politique d’aide internationale féministe et la législation sur l’équité salariale, il reste que le Canada a encore beaucoup de travail à faire tant à l’échelle nationale qu’internationale, dit Julie. Le changement n’incombe pas qu’au gouvernement; les secteurs non gouvernemental et privé doivent agir eux aussi. »

 

Le moment est tout à fait opportun, ajoute-t-elle. « La conférence s’inscrit dans un contexte mondial mouvant pour les filles et les femmes, à un moment où des progrès en matière de santé, de violence fondée sur le genre et de participation économique et politique des femmes s’imposent de toute urgence. Plusieurs campagnes sur les médias sociaux ont braqué les projecteurs sur d’importants reculs des droits des femmes, mais les décideurs n’ont pas nécessairement eu de tribune à leur disposition pour faire des annonces concrètes. Women Deliver leur fournit cette tribune et c’est pourquoi la Mobilisation est si importante. »

 

La Mobilisation tiendra de nombreux événements en prévision et autour de la conférence, de sorte que tout le monde, participant ou non à la conférence, aura l’occasion de sentir l’impact de ce mouvement mondial. « Nous espérons que les liens noués persisteront et stimuleront un mouvement croissant dont l’impact se fera sentir longtemps après la conférence. » 

Pour savoir comment joindre la Mobilisation et agir pour l’égalité des genres, rendez-vous sur le site Web www.WeDeliver2019.ca et participez à la conversation sur Twitter avec #Délivrons2019 #WeDeliver2019.