Le financement du programme START4GIRLS

OTTAWA, 24 juillet 2019 – CARE Canada, le Coady International Institute et leurs partenaires ont annoncé aujourd’hui, avec le soutien du gouvernement du Canada, le lancement d’une nouvelle initiative visant à renforcer la capacité d’agir des filles et adolescentes au Zimbabwe, ainsi que l’ensemble du système d’éducation qui les soutient.

Soutenue par Affaires mondiales Canada, l’initiative Supporting Transition, Retention and Training for Girls (START4GIRLS) agira auprès des filles et adolescentes, de leurs communautés et de leurs chefs religieux et traditionnels afin de promouvoir le retour à l’école ou le suivi d’une formation professionnelle chez les décrocheuses, plus particulièrement les jeunes filles mariées et les mères adolescentes.

« Le Canada est aux premières loges d’un mouvement mondial visant l’autonomisation des femmes et des jeunes filles dans le monde », affirme Gillian Barth, présidente de CARE Canada.

« Au fil des années sur le terrain, en temps de paix comme en temps de crise, nous avons appris que l’autonomisation des femmes et des jeunes filles favorise la résilience et l’épanouissement des familles, des communautés et des pays. Nous avons également appris que, pour mettre fin à l’inégalité, nous devons travailler et collaborer avec nos partenaires locaux et les personnes desservies », ajoute Mme Barth.

« Le Canada est déterminé à promouvoir l’égalité des genres et à assurer l’accès des filles, adolescentes et femmes à une éducation de qualité, surtout celles en situation de conflit, de précarité et de crise », soutient Anita Vandenbeld, députée d’Ottawa-Ouest—Nepean.

« L’initiative [START4GIRLS] propose un cadre souple devant amener les écoles communautaires de certains districts ciblés à se redéfinir et à mettre au point des mécanismes qui permettront de créer des lieux d’apprentissage adaptés au contexte du Zimbabwe, qui tiennent compte des risques et qui sont sécuritaires et innovants. »

START4GIRLS travaillera auprès des personnes, des familles, des écoles et des communautés dans la foulée des efforts que déploient les systèmes d’éducation nationaux pour favoriser l’intégration, dans le matériel d’apprentissage, les pratiques et les environnements d’apprentissage, de principes prônant le respect des genres, la prise en compte des risques, la sécurité des filles et l’inclusion des personnes ayant un handicap, ce qui devrait engendrer des retombées à long terme sur les secteurs de l’éducation et de la formation professionnelle au Zimbabwe.